Accueils périscolaires

Davantage qu’un simple mode de garde, la mairie entend offrir aux familles un accueil périscolaire de qualité, complémentaire de l’école et participant à la réussite éducative de chaque enfant. Aussi, la mairie s’est dotée d’un projet éducatif depuis le 11 janvier 2016. Il est consultable en mairie, sur le portail familles ou dans les locaux périscolaires. N’hésitez pas à le demander aux animateurs, ainsi que le projet pédagogique qui explique en détail le fonctionnement des accueils périscolaires.

Les grandes valeurs éducatives qui y sont défendues par la municipalité sont les suivantes :

  • tout d’abord le respect de l’intégrité de l’enfant, le respect de son rythme et de ses choix.
  • la liberté, la liberté d’opinion, la liberté d’expression.
  • la justice sociale, l’égalité des chances, l’égalité des sexes.
  • enfin, la citoyenneté, la solidarité entre les individus et le respect de l’environnement.

La nouvelle municipalité a engagé depuis septembre 2021 un travail de réécriture du projet éducatif. Une démarche participative où vous êtes conviés à répondre à un formulaire.

Rendez-vous sur le Portail Familles de Breteil
où vous trouverez toutes les informations
sur les accueils périscolaires :

https://breteil.portail-familles.net/

Informations : L´application Qui dit miam ! diffuse gratuitement les menus de la cantine.
Rendez-vous sur votre smartphone pour télécharger l’application et connaître les menus servis au quotidien.

Le plan alimentaire territorial

Le plan alimentaire territorial : qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un dispositif inclus dans la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014. La loi EGALIM qui en découle prévoit notamment 50 % des aliments sous signe de qualité dont 20 % de produits BIO.

Le plan alimentaire territorial (PAT) doit être élaboré en concertation avec les acteurs du territoire et des filières liées à l’alimentation.

Il constitue une réponse à des enjeux :

  • tout d’abord économiques (soutenir le maintien et l’installation de jeunes agriculteurs).
  • environnementaux (nouveaux modes de productions « raisonnés ou biologiques »).
  • sociaux (projet collectif qui consolide l’image du territoire et d’une offre alimentaire de qualité).
  • et enfin de santé (avec des aliments tracés de qualité).
Marie-Laure Faisant, responsable restauration et Stéphane Paviot élu et référent municipal dans le cadre du PAT.

Comment est né le PAT ?

Montfort Communauté, en collaboration avec le Pays de Brocéliande travaille depuis plusieurs mois à la construction d’un Projet Alimentaire Territorial. Baptisé projet REPAS : Ré-Enchanter nos assiettes pour le plaisir des enfants, le maintien d’une Agriculture locale et de qualité et la Santé de tous.

Intégrer le restaurant Municipal dans le projet REPAS

Afin de tendre vers les orientations fixées par le conseil communautaire, un COPIL a été créé regroupant l’ensemble des élus référents (dont Stéphane Paviot pour Breteil).

Ce groupe de Travail a délégué l’audition des différents restaurants scolaires au cabinet TERRALIM.

Les entretiens avec Marie-Laure Faisant, responsable du restaurant scolaire et Stéphane Paviot élu Municipal ont permis de faire le point sur la situation actuelle.

Pour un coût / repas dépassant les 6 euros, la politique tarifaire de la commune permet d’atténuer le coût du repas (surtout pour les familles les plus modestes).

Nous observons par ailleurs un confort quant à la durée du repas, lié notamment à la réorganisation des services.

Aussi il faut reconnaître la volonté de Marie-Laure et de l’ensemble du personnel à vouloir incorporer un maximum de produits frais (possible avec un fonctionnement en régie).

En ce qui concerne les produits locaux, c’est la boulangerie de Breteil qui fournit la cantine. La viande est parfois achetée chez Stéphane Galbois (producteur à Saint Maugan).

Du coté des produits biologiques, les fruits et légumes arrivent en tête et c’est Jean-Yves Roump (le maraîcher bio local) qui fournit la cantine. Les produits laitiers bio sont présents également et en augmentation.

En une phrase une « bonne cantine », c’est …

Pour la cuisinière : un endroit où les enfants sont contents d’être à table et de ce qu’ils ont dans l’assiette ; c’est convivial.

Enfin, pour l’élu : le plaisir de venir à table, avec une attitude positive de tous, que tous soient contents, avec des matières premières identifiées, locales et bio, travaillées sur place.

Les pistes de travail

Bien sûr continuer l’augmentation en approvisionnement local et bio, mais aussi y associer un volet pédagogique.

Deux demi-journées de rencontre sont prévues rassemblant : écoles publiques et privée, enseignants, personnel de cuisine, élus, parents, animateurs, ATSEM. Au-delà de l’interconnaissance de ces différents acteurs, il s’agira notamment de créer une base commune de réflexion sur l’alimentation et l’éducation alimentaire.

Le gaspillage alimentaire et le recyclage par exemple sont autant de thèmes qui pourront être abordés.

Rédaction de l’article : Stéphane PAVIOT

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×